Calculatrice réduite en pièces

Tendances

Comment se déconnecter dans un monde numérique

Reading Time: 5 minutes

Alors que la pollution numérique ne cesse de croître, les auteurs Imran Rashid et Soren Kenner proposent leurs cinq règles d’or pour identifier les « distractions » en ligne qui vous stressent et échapper aux effets indésirables potentiellement désastreux d’un excès d’informations. Lisez cet article d’Etan Smallman.

 

En tant que décideur au sein de l’entreprise, vous devez tenir compte de l’impact de l’excès d’informations en ligne auquel vos collègues et vous-même êtes confrontés et ce, pas uniquement car avril est le mois de la sensibilisation au stress.

L’addiction numérique (notamment l’utilisation des réseaux sociaux) peut nuire à l’humeur et au moral. Des chercheurs de l’université d’Innsbruck en Autriche ont indiqué que les sujets disaient se sentir plus malheureux après avoir utilisé Facebook par rapport à Internet en général.

L’addiction aux écrans peut affecter vos bénéfices nets. Un rapport de Business Today a mis en évidence une perte de productivité totale de 13 %, inhérente au temps perdu en ligne ou sur les réseaux sociaux.

Imran Rashid s'adressant à un groupe de personnes

Co-auteur Imran Rashid

Imran Rashid et Soren Kenner, les auteurs du livre Offline: Free your mind from smartphone and social media stress, révèlent la meilleure stratégie que les employés peuvent appliquer pour réduire les effets indésirables inhérents à l’utilisation excessive du numérique.

  1. Mettre en place des déclencheurs anti-distraction

Imran Rashid et Soren Kenner ont inventé le terme de syndrome de fragmentation numérique (en anglais DFRAG, Digital Fragmentation Syndrome), pour décrire la situation dans laquelle l’expérience d’un individu en matière de temps, d’espace et de conscience est continuellement fragmentée du fait des interactions numériques. D’après Imran Rashid, un médecin généraliste qualifié, la principale étape de lutte contre ce phénomène consiste à créer une infrastructure intégrant des déclencheurs et des schémas comportementaux visant à supprimer les bruits numériques.

Il compare la distraction numérique au fait de fumer : dans les bureaux, les règles sont claires sur les endroits où vous pouvez et ne pouvez pas fumer. « Le même type de conditionnement s’applique aux habitudes numériques », explique-t-il. « Si vous souhaitez permettre aux gens de se concentrer, vous devez leur garantir un espace de travail sans distraction ».

L'auteur Imran Rashid

Il recommande notamment que chaque employé qui travaille dans un espace ouvert dispose d’une lampe sur son bureau. « De cette manière, lorsqu’il l’allume, ses collègues sauront qu’il veut se concentrer et qu’il ne doit pas être dérangé ».

Il en résulte également un effet positif individuel : les employés sont encouragés à assumer leurs propres responsabilités de se déconnecter du numérique lorsqu’ils exécutent une tâche et sont plus disponibles. « Après tout, nous savons qu’environ 50 % de toutes les distractions sur le lieu de travail sont volontaires », explique Imran Rashid. « Nous avons développé un comportement d’auto-distraction ».

  1. Planifier des pauses de désintoxication numérique

 Le co-auteur, commerçant en ligne et entrepreneur Soren Kenner recommande que vous commenciez la journée non pas avec une simple liste des tâches à exécuter, mais avec un planning précisant quand vous pouvez (et ne pouvez pas) accéder à vos principales distractions en ligne. Parmi ces dernières figurent notamment les réseaux sociaux, les jeux occasionnels et même la messagerie électronique.

« Par exemple, vous pouvez valider un planning de consultation de votre messagerie électronique entre 9 h et 11 h et entre 16 h et 17 h, et bloquer l’accès aux réseaux sociaux à l’exception d’une plage horaire pendant votre pause déjeuner et en fin de journée », précise-t-il. « Procéder ainsi permet d’améliorer la productivité et la capacité de concentration ».

  1. Prendre les décisions importantes tôt dans la journée

Une présence permanente en ligne se traduit par ce que les psychologues appellent une « fatigue décisionnelle » qui engendre la prise de décisions « de moins en moins bonnes au fil du temps », indique Soren Kenner.

« En effet, prendre des décisions consomme des ressources limitées. De fait, ce processus implique des neurotransmetteurs et des hormones dont la production prend du temps. Par conséquent, plus vous devez prendre de décisions dans la journée, moins elles seront pertinentes d’une manière générale ».

  1. Réduire le nombre de décisions à prendre

Une autre solution consiste à réduire le nombre de décisions à prendre dans la journée. Une personne lambda gère environ 35 000 décisions en 24 heures.

Vous pourriez commencer par ne plus perdre de temps à tergiverser sur vos vêtements et vos repas. Déjeuner toujours la même chose au bureau peut paraître ennuyeux, mais cela laisse plus d’espace à votre cerveau pour se concentrer sur des décisions professionnelles importantes.

Le co-auteur Soren Kenner

Co-auteur Soren Kenner

Soren Kenner déclare que « les principaux politiciens et hommes d’affaires notamment, comme l’ancien président américain Barack Obama, Steve Jobs et Mark Zuckerberg, sont réputés pour n’avoir qu’une ou deux tenues quotidiennes afin de limiter le nombre de décisions qu’ils doivent prendre au quotidien ». Barack Obama l’a lui-même précisé : « J’essaie de diminuer les prises de décisions. Je ne veux pas devoir décider de ce que je mange ou je porte, car j’ai beaucoup trop d’autres décisions à prendre ».

  1. Cibler les aspects positifs

Enfin, afin de mettre en place des changements durables et pertinents, Imran Rashid déclare que les patrons doivent se concentrer sur « les objectifs que vous souhaitez atteindre et non sur ce que vous laissez de côté ». Pour être plus explicite, il précise que « vous devez vous concentrer sur les aspects positifs de vos objectifs, notamment en développant des règles spécifiques concernant la manière de gérer certaines situations spécifiques. Par exemple, si vous bannissez l’utilisation des applications mobiles sur le lieu de travail, les employés auront tendance à focaliser leur attention sur ce qui leur manque.

Dessin d'une main frappant un téléphone portable avec un marteau

« Optez plutôt pour une explication. Dites-leur que vous souhaitez plus de proximité, de meilleures relations et des communications plus claires sur le lieu de travail. Précisez que vous ne voulez pas que les réunions se déroulent en présence d’esprits distraits. Une fois les conditions structurelles en place, le reste sera plus facile à instaurer, c’est-à-dire les choix individuels et les « habitudes de groupe », plus connus sous l’appellation de culture d’entreprise. Vous augmentez ainsi les chances d’implémenter des changements durables ».

Imran Rashid et Soren Kenner croient que ces cinq astuces peuvent induire une amélioration générale du stress au sommeil perturbé en passant par le manque de concentration au travail en court-circuitant simplement les mécanismes addictifs instaurés par les géants technologiques. L’énoncé de leur mission est simple : nous devons tous « réapprendre à maîtriser les systèmes au lieu de les laisser nous dominer » et accentuer le caractère centré sur l’humain des technologies.


Etan Smallman est un journaliste britannique dont les articles ont été publiés dans divers journaux, notamment The Guardian, The Times, The Daily Telegraph et The South China Morning Post.

Découvrez comment Regus peut vous aider à optimiser votre productivité