Photo d'archive de personnes déplaçant des meubles

Voix

Comment créer un emploi que vous aimerez

Reading Time: 6 minutes

Ce sont vraiment les petites choses qui peuvent faire toute la différence dans un environnement professionnel. Bruce Daisley de Twitter pense que cela pourrait être aussi simple que d’investir dans quelques chaises confortables ou de rire davantage ensemble. Loulla-Mae Eleftheriou-Smith relate.

 

Le temps où un « emploi de rêve » se définissait uniquement par le montant du salaire est révolu. Aujourd’hui, les travailleurs avisés exigent davantage de leur travail, l’accent étant mis sur la satisfaction professionnelle plutôt que sur une rémunération importante. En effet, dans la récente étude mondiale d’IWG sur l’espace de travail, menée auprès de 18 000 professionnels, 80 % des personnes interrogées ont déclaré que le fait de permettre aux employés de travailler à distance les aidait à recruter et à fidéliser des travailleurs très compétents.

Bien sûr, le travail sera toujours du travail, c’est pourquoi nous sommes payés pour l’exécuter. Mais comment pouvons-nous faire en sorte de l’aimer ? Bruce Daisley, vice-président européen chez Twitter et animateur du podcast à succès Eat Sleep Work Repeat destiné aux entreprises, a la réponse. Au cours de ses recherches pour son dernier livre, The Joy of Work, il a découvert quelques moyens simples pouvant aider un grand nombre de personnes à aimer ce qu’elles font.

1. Déplacer la machine à café

Les études montrent que des interactions positives et régulières avec nos collègues sont un moyen essentiel de renforcer la satisfaction professionnelle. « Nous devrions donc tous chercher des moyens d’augmenter leur fréquence », déclare Daisley. « La position d’un point focal pour une équipe, tel qu’une machine à café ou un canapé, peut fortement influer sur la manière dont les gens travaillent ensemble. Son déplacement peut avoir un impact positif immédiat sur la dynamique de groupe de votre équipe. »

Si votre machine à café est difficile à déplacer, le principe peut être appliqué à d’autres aspects de la vie au bureau. L’exemple préféré de Daisley est celui d’une entreprise qui a lancé le snack Thursday. Une fois par semaine, la réceptionniste posait une sélection d’en-cas sur une table et toutes les personnes présentes au bureau se rassemblaient et bavardaient pendant environ 15 minutes.

EIles retournaient ensuite à leur bureau après avoir créé des liens les unes avec les autres. « Si vous socialisez avec quelqu’un au bureau, vous êtes plus confiant à l’idée de lui parler pour des raisons professionnelles dans la semaine qui suit », déclare Daisley.

« Cela peut sembler absurde de suggérer une « réunion-collation » ou de déplacer la bouilloire, mais l’objectif principal des environnements de bureaux est de faire en sorte que les personnes échangent et produisent plus que la somme des parties, et ces petites interventions ont un impact mesurable. »

2. Passer la matinée en « mode moine »

Non seulement les employés heureux sont plus productifs, mais les employés productifs sont aussi plus heureux. Toutefois, être productif et faire son travail n’est pas toujours facile au bureau. « C’est pourquoi vous devez adopter le « mode moine » », affirme Daisley.

L’objectif d’une matinée en mode moine est de prévoir 90 minutes de temps ininterrompu au début de la journée une ou deux fois par semaine pour se concentrer sur son travail. Pas de téléphone, pas de réunion, pas d’e-mail et si possible seul.

Greg McKeown, consultant en affaires et en leadership, auteur de Essentialism, et Cal Newport, professeur d’informatique à l’Université de Georgetown, auteur de Deep Work, ont tous les deux adhéré aux avantages du mode moine pour essayer de produire un travail de qualité.

Esquisse de moines de style Renaissance étudiant les Saintes Écritures

« Selon Newport, nous vivons à une époque où il y a de nombreuses interruptions. Il n’est pas surprenant qu’il faille quatre heures pour terminer un document, car vous travaillez deux minutes et vous êtes ensuite interrompu », affirme Daisley. « Pour obtenir pleine satisfaction, nous devons atteindre un stade où nous bénéficions de périodes de concentration totale pour faire notre travail. »

Daisley comprend le fait que tout le monde n’a pas les emplois (ou les patrons) qui le permettraient, mais il explique que cela vaut la peine d’essayer de bénéficier de 90 minutes totalement exemptes de distraction.

3. Faire des pauses régulièrement

Il est souvent difficile de justifier une pause lorsqu’il y a beaucoup de travail, mais, à long terme, ce sont ces périodes de calme qui nous rendent plus productifs, sains et satisfaits.

Dans le cadre d’une étude menée auprès d’étudiants qui se présentaient à des examens, les chercheurs ont découvert que ceux qui avaient été autorisés à faire une pause avaient obtenu des résultats supérieurs de 10 % à ceux qui ne l’avaient pas été. La recherche, publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, a révélé que la durée optimale d’une pause était de 20 à 30 minutes et que cela n’avait pas uniquement un impact sur la précision, mais aussi sur la créativité et la mémoire.

Daisley suggère d’essayer de prendre des pauses, soit en allant acheter un café, soit en utilisant la bouilloire située à un autre étage de l’entreprise. Faire une sieste ou méditer sont aussi des options. Et bien que cela puisse sembler paradoxal, il suggère également de « faire une pause au moment que l’on estime le moins opportun pour arrêter de travailler. ». Il ajoute : « Certaines personnes affirment que les pauses semblent fonctionner plus efficacement dans les moments de stress et d’épuisement. »

4. Prendre le temps de rire

Le son des rires joyeux est un des signes évidents d’un milieu de travail rempli d’employés satisfaits. Non seulement un moment de gaieté peut réduire la tension ou aider lors de situations stressantes dans un bureau, mais ses effets sur le moral des employés peuvent aussi être très importants.

Daisley se souvient très bien avoir été surpris en train de rire avec un collègue par un responsable alors que l’entreprise traversait une période difficile. Le responsable s’est tourné vers lui et lui a dit : « Ce n’est pas le bon moment pour être vu en train de rire. »

Cependant, Daisley croit au pouvoir de la joie de vivre au travail et cite les découvertes de Robin Dunbar, psychologue et anthropologue évolutionniste, au sujet des liens affectifs. « Lorsque les animaux se toilettent mutuellement, ils se lient les uns aux autres et connaissent d’énormes poussées d’endorphine », explique Daisley. « Même si nous ne nous toiletterions pas mutuellement au travail, le rire peut servir le même but. Il nous lie les uns aux autres, libère des endorphines et est incroyablement bénéfique au développement de notre esprit créatif. »

Il suggère de faire une place à la bonne humeur et à la gaieté dans les réunions, les rencontres sociales étant le cadre le plus évident, et il nous rappelle qu’il y a aussi de la place pour le rire lors de réunions plus importantes, lorsque quelqu’un prononce un discours de départ par exemple ou célèbre un événement important. Selon Daisley, cela vaut également la peine d’encenser les membres d’une équipe qui sont drôles, tout en se rappelant que le rire convivial n’est pas une chose qui devrait être réservée au bureau. Il s’agit du meilleur remède après tout.

5. Admettre quand vous vous trompez

Même « l’emploi idéal » n’est pas toujours parfait. Le secret réside dans la façon dont vous gérez les moments difficiles, confie Daisley.

« Personne n’aime commettre des erreurs et encore moins admettre lorsque cela arrive », explique-t-il. « Dans les environnements soumis à des délais, les erreurs peuvent souvent être considérées comme une perte de temps plutôt qu’une expérience d’apprentissage potentielle. Mais faire des erreurs est tout à fait humain et le fait de les admettre peut renforcer la confiance au sein des équipes. »

Daisley cite les recherches du professeur Amy Edmondson de la Harvard Business School, sur ce qu’elle appelle la « sécurité psychologique ». Elle a étudié les équipes médicales les plus performantes, s’attendant à ce qu’elles commettent moins d’erreurs que les équipes les moins performantes, mais elle a constaté qu’elles en faisaient plus. Ou du moins, elles en ont admis plus, car ces équipes avaient un milieu ouvert qui leur permettait d’en discuter.

« Les meilleures équipes disposaient d’un climat de confiance et de collaboration où les personnes n’avaient pas honte de dire qu’elles avaient commis une erreur », indique Daisley. « Edmondson a déclaré que la volonté d’admettre ses erreurs est un élément important à l’établissement d’un environnement de confiance. »

6. Demander un espace détente

Puisque nous passons la majorité de nos journées sur notre lieu de travail, pouvoir proposer un bureau attrayant doté de commodités visant à aider les employés tout au long de leur journée, telles qu’un espace de repos, peut être un atout majeur pour le personnel et améliorer considérablement leur fidélité. Il peut s’agir d’endroits pour se détendre, se ressourcer, faire la sieste ou même méditer.

Un sondage réalisé par Dale Office Interiors a révélé que plus d’un tiers des « Millennials » a déclaré privilégier l’espace détente en termes de conception au sein d’un bureau, plutôt que l’accès à une salle de sport ou à un espace de loisirs.

Daisley a vu de plus en plus d’entreprises tenter de créer un mélange de zones calmes, d’espaces de bureau et d’espaces pour la vie sociale, certaines ayant même une « zone de pleine conscience », ce qui peut être particulièrement utile dans les environnements de travail stressants.

Il a même trouvé un commissariat au Royaume-Uni qui a mis en place cette « zone de pleine conscience ». « Elle n’a pas été créée par les responsables qui ont dit « vous en avez besoin », mais par quelques policiers, qui ont demandé qu’une pièce soit réservée à cet effet. »


Loulla-Mae Eleftheriou-Smith est une journaliste britannique qui rédige des articles pour The Independent, The Huffington Post et d’autres journaux.

Gérer votre entreprise depuis votre domicile n’est pas toujours opportun. Découvrez comment les bureaux flexibles de Regus peuvent s’inscrire dans vos projets pour une vie professionnelle plus heureuse.